Écrivons notre propre Constitution Européenne

Essayez-vous

Être citoyen

Est citoyen quelqu'un capable de gouverner et d'être gouverné.

De gouverner?

Est-ce une lubie d'Aristote? D'ailleurs, est-ce une lubie d'envisager que de simples citoyens puissent gouverner?

D'aucuns certainement répondront non, mais d'autres, peu nombreux mais audibles, rompus aux affaires et impliqués dans la ploutocratie actuelle, s'insurgeront en évoquant le danger de l'égalitarisme, de la démagogie et de l'immaturité des peuples. Votre immaturité. Notre immaturité.

À bien considérer notre comportement, on ne peut pas absolument leur donner tort. Contestataires systématiques du pouvoir en place, frondeurs à l'ordre établi, critiques partisans et opportunistes, nous ne brillons guère par notre implication dans l'avenir que nous avons pris l'habitude d'abandonner à ceux-là mêmes que nous vilipendons mais élisons et réélisons par résignation autant que par paresse.

Alors le monde se fait sans notre accord. Le monde nous échappe et nous rend malheureux. Malheureux de n'être que des travailleurs asservis ou des chômeurs précaires. Malheureux de ne trouver dans la consommation qu'un plaisir éphémère et frustrant qui, à terme, ne sait générer que des manques. Attristés par le vide dans lequel s'égare notre identité d'être humain qui regrette d'avoir préféré le bonheur à la liberté et l'absence de contraintes à la maîtrise de son destin. Les événements paraissent toujours défiler indépendamment de nous, imperméables à notre influence et il n'y a rien pour vraiment nous consoler de notre condition choisie.

Alors serions-nous capables de gouverner aujourd'hui? Serions-nous capables d'efforts et de sacrifices pour l'amélioration de la condition collective et individuelle? Serions-nous capables de démontrer que l'exercice du pouvoir n'est pas un privilège de naissance mais un devoir responsable accessible à toute bonne volonté? Quelques-uns pourraient-ils s'investir enfin pour relire et corriger l'ordre établi?

Au front du plan C, c'est ce que nous espérons. Et il s'agit bien là d'un espoir, celui d'une émancipation collective par l'effort, l'instruction, l'écoute, afin de rivaliser avec les experts et leur contester la fatalité du manque d'alternative. La méthode imaginée est celle d'une assemblée constituante européenne tirée au sort dont le rôle serait de réviser les textes passés avant d'en soumettre d'autres à référendum dans l'ensemble de l'Union. C'est notre réponse à la corruption du pouvoir, notre remède aux maux de la démocratie représentative que nous avons laissé se pervertir et nous désappartenir.

Mais c'est aussi une gageure, un pari humaniste et peut-être même une erreur. Car l'exercice du pouvoir est toujours périlleux comme le sont les révolutions, même pacifiques. De surcroît, il nous faudra démontrer implication, application, opiniâtreté, abnégation et toutes sortes de valeurs par lesquelles notre société ne brille plus depuis longtemps.

Le front du plan C nous offre une opportunité, une seule, celle de devenir citoyens plutôt qu'administrés et la pertinence de la démarche est strictement dépendante du nombre de participants. Alors essayez-vous. Définissez-vous. Assumez-vous. Et prenez le risque de votre avenir.